Publié le

Le Livre !

On l’a fait 😊

Vous pouvez d’ores et déjà commander votre exemplaire de Double vue, recueil de picoNouvelles et de dessins, réalisé en duo par Sabachan et moi-même. Certains ont été publiés ici et tagués « atelier des musées » mais vous y trouverez aussi des textes et des dessins exclusifs.

Double-vue, 90 pages exceptionnelles inspirées d’œuvres d’art, disponible format poche directement auprès des auteurs, Sébastien Guido et moi-même, ou en vente sur le site blurb aux formats poche, broché et électronique !

Recueil de nouvelles et d’illustrations dessinées au stylo, « Double vue » s’inspire d’œuvres d’art classiques. Fantastiques, introspectives, légères ou passionnées, ces picoNouvelles – ou très petites histoires – vous emmènent au musée et bien au-delà. Suivez le guide !

Double vue est auto-édité, il est donc également auto-diffusé.

Aidez-nous à le faire connaître en en parlant autour de vous et en diffusant l’info sur vos réseaux sociaux. Merci ! Continuer la lecture de Le Livre !

Publié le

Such a beautiful laugh

I’d been coming to the meetings for a long time when I first saw him.

He looked as bereft as any man who ever came here looking for help. I knew the feeling well, we all did. That empty feeling, the hollow where once there had been life and joy.

The first few times, he didn’t speak. But he came and listened.

He was attractive — although as usual, it took me a while to acknowledge that. He always wore suits like someone who doesn’t understand why anymore and often as not, he forgot to tuck his shirt in. Clear eyes and a mane of fair hair, sharp features and fine wrinkles around the eyes, he would probably say he was too old for me but I thought he was fascinating, all the more so for the secret history his graying strands revealed. I wanted to kiss each line etched on his skin. When he wasn’t lost in grief, he had a piercing stare, as if he could see right through people, into their minds, and knew what made them tick. I felt it on me once, while I was sharing and I suddenly felt naked and vulnerable. It should have been frightening but I was enthralled already.

When finally he spoke, a few weeks later, his story was extraordinary and yet the same as each one of us. He felt guilty obviously, most of us did, and he was angry. That day, I was feeling bold enough to go talk to him after the meeting ended. We became friends, eventually.

One evening, we were having diner at my place again and it became quickly apparent that he was in a fouler mood than usual. He was restless and withdrawn. I knew better than to try to reach to him but when I offered to reschedule he declined, saying he was glad for the company so I poured him some wine and went to put a last touch on my cooking. He slightly derided over diner and we were speaking freely over coffee of plans for the morrow when he suddenly cringed and turned his back on me.

“Alex ? What’s wrong ?”

“It’s ah, nothing.”

“You don’t have to hide from me.”

“I know.”

“Then talk to me. Please ?”

He dipped his head and I knew he was hiding his tears, trying to stop them before they came in a flow that would break the dam and flood his soul until nothing was left standing in its wake. I had done the same many, many times. And I knew that building up the dam was only making its undoing worse.

I had been dying to touch him for ages and for the first time, I dared put a hand on his shoulder, whispering, “It’s ok Alex, you can let go, I got you.”

Was it the unexpected contact that broke through the wall he’d built around himself ? He grabbed the hand on his shoulder and crushed it, sobbing silently. I opened my arms and he imperceptibly allowed himself to lean into it, his subtle and shy way to give permission. I hugged him tight and he let himself be held a long while. “Tomorrow is… would have been his birthday.”

I patted him lightly, afraid he would repel me. It was awkward and uncomfortable because he was taller than me and it tore my heart to see him so devastated but it was also warm and tender.

After a while, his sobs quieted.

“Tell me something happy you remember of him.”

“His laugh. » He pushed back a bit and I saw his face soften with the fond memory. « He had a wonderful contagious laugh. He didn’t laugh that often, he would mostly have that secretive little smile, like he knew something funny that was his own and wasn’t about to share. But sometimes, oh sometimes, he couldn’t repress his joy. It was all the more precious for its scarcity. And it would burst, irrepressible, until he couldn’t breath and his tummy would hurt. The pearly sound he made when he was overwhelmed with happiness, that was the most beautiful sound in the world. And it’s gone forever.”

“It isn’t yet, as long as you remember.”

“It hurts.”

“I know.”

He had been moving in my embrace  as he evoked the memory and now his chin came back to rest on my shoulder. I shuddered, feeling a sudden pang of… something, in my belly. I cautiously let out a breath I hadn’t known I was holding, careful not to sigh audibly and slightly tightened my arms around him.

“What about you ?” he asked. “What happened to your child? You never really said.”

I froze. I was shy about telling the true story because even in the support group, sometimes people thought I deserved punishment for what I did. One had even called me a murderess once. I usually tried to disguise what had really happened, even there. But lying was difficult, it never came naturally to me and I couldn’t bear to be dishonest now, not with him.

“I made a choice. It makes me sad that it had to be this way but I know It was the right decision. Still hurts like bitch.”

He didn’t judge me. He made a strangled kind of laugh and I knew he thought about his own choices, wondering what he could have done different. We’d discussed it more than once and even though he understood the logic he was still unable to accept that there was nothing he could have changed. His actions — and mine — were the consequences of who we were when we made them and I knew that placed in the same circumstances, the same emotional state, the same ignorance of the future consequences of my decisions, I wouldn’t be able to change the tiniest one of them.

I shifted a bit. “Alex ? Would you mind if I held your memory of your son, even though I never met him?”

“Why would you want to do that?”

I took a shaky breath. “I have only one memory of my daughter and it’s not a very happy one. I remember her heartbeat. It was so, so fast, like a little bird, nestled in my womb. I only heard it a few seconds, the most fearful seconds in my life, when I suddenly realized it wasn’t just me anymore but I had to care about another life as well. I’ve never heard my daughter’s laugh and I wish things had been different and I could have watched her run to me and fall and laugh and grow up into a wonderful young woman. But I’ll never see these things. I never even held her in my arms. I.. I’m not even sure what I’m asking, I just want to imagine Cameron’s laugh and how it would have been like to hear Clementine laugh with him.”

He didn’t reply but moved his hands to gently stroke my back and I felt my own tears rising. I barely heard his whisper, “It would have been wonderful.”

Publié le

Menu acidulé

En ce long weekend de fête, j’avais des invités et peu de temps pour cuisiner. Si je voulais être à la hauteur de ma réputation de cuisinière, il fallait donc des saveurs inédites et un temps de préparation record.

Je n’ai sans doute pas atteint le niveau du Guiness mais enfin le cahier des charges a été rempli.

Au menu :

  • Avocat yuzu
  • Rôti de veau à la rhubarbe
  • Pana cotta passion

La veille : cuire les légumes et préparer la pana cotta

Remove the row

Column: 1

Entrée

  • 1/2 avocat par personne
  • vinaigre au yuzu

Column: 2

Temps de préparation de l’entrée : 2 minutes…

Il suffit de couper les avocats en deux et d’y verser une cuillère de vinaigre aromatisé au yuzu. Pas besoin de sel ni de quoi que ce soit d’autre, la douceur de l’avocat et la saveur exotique du yuzu se complètent à merveille.

Si vous voulez vraiment impressionner la galerie, vous découpez ça en petits dés et vous servez dans une jolie coupelle ou une verrine.

Remove the row

Column: 1

Plat

  • Des carottes nouvelles
  • des petites pommes de terre
  • une tige de rhubarbe (ou quelques morceaux de rhubarbe congelée)
  • 2-3 cuillères à soupe de sucre
  • gros sel
  • romarin
  • rôti de veau (qté selon nb de convives)

Column: 2

Temps de préparation du plat : 40 minutes (ça va dépendre de la taille du rôti)

J’ai fait cuire la veille des petites carottes fraîches et des pommes de terre grenaille. Le jour même, 1h avant le repas, j’ai fait préchauffer mon four à 200°C et j’y ai mis mon rôti dans un plat un peu grand. Dès qu’il a bien doré (1/2h environ après), je l’ai retourné et j’ai ajouté les carottes, les pommes de terre, quelques morceaux de rhubarbe congelés que j’ai saupoudrés de sucre, une poignée de gros sel et une pincée de romarin. 20 minutes plus tard, la rhubarbe avait compoté et elle s’est mélangée au jus de viande pour faire une sauce acidulée du meilleur effet avec les carottes douces.

Remove the row

Column: 1

Dessert

  • 450mL de lait de coco
  • environ 50g de sucre en poudre
  • 1 sachet d’agar-agar

Column: 2

Temps de préparation du dessert : 2×5 minutes

J’ai fait la pana cotta la veille pour qu’elle ait le temps de refroidir. C’est très rapide, il suffit de mélanger à froid du sucre (quantité selon les goûts), de la crème (aujourd’hui j’ai pris du lait de coco) et un gélifiant (j’ai utilisé de l’agar-agar). Vérifiez que la proportion de gélifiant utilisée produira un résultat plutôt solide. Moi j’ai mis une conserve de lait de coco (environ 450mL) et un sachet (2g) d’agar-agar. Faites bouillir et répartissez aussitôt dans de jolies coupelles de service. Mettez au frais quelques heures.

Le jour même, mettez dans une petite casserole autant de vinaigre au fruit de la passion que de sucre et faites bouillir. Mon vinaigre contient de la pectine, le résultat est donc une gelée passion. Sans laisser refroidir, répartissez sur la pana cotta en une couche fine et servez.

 

Résultat : un menu très rapide à réaliser, des invités satisfaits et une réputation préservée !

Publié le

Comme du gâteau !

En général, j’aime bien les recettes atypiques, celles qui me font voyager dans ma cuisine, avec des choses inédites, des ingrédients bizarres, des associations inattendues…

Cette fois, je revisite un gâteau tout bête : le gâteau au yaourt. Mais bon, vous me connaissez, je ne vais pas me contenter d’un bête cake au yaourt, d’autant qu’il faut avouer que la seule qualité du gâteau au yaourt c’est sa simplicité de préparation, parce que c’est quand même pas le meilleur gâteau du monde.

Voilà l’occasion de changer ça en y ajoutant l’ingrédient secret du jour : la farine de pois chiche !

Oui, je sais. Moi aussi j’ai eu des doutes. Mais bon, le cuistot jurai ses grands dieux que si si, c’est délicieux et comme j’en ai 3 kilos dont je ne sais pas trop quoi faire dans ma cuisine, je me suis dit qu’au pire, je perdais un yaourt et une heure de temps.

Remove the row

Column: 1

Les ingrédients :

  • 1 yaourt nature
  • 1/2 huile de pépin de raisin (ou autre)
  • 2 sucre
  • 3 farine de pois chiche
  • 2 oeufs
  • 1 paquet de levure
  • arôme

mesuré en pot de yaourt, bien sûr…

Column: 2

La recette :

Sans surprise, c’est simplissime…

  1. Faites préchauffer votre four  à 180°C
  2. Mélangez tous les ingrédients dans un saladier, attention aux grummeaux.
  3. Enfournez 45 minutes, vérifiez la cuisson avec la pointe d’un couteau avant de sortir
  4. Dégustez !

Donc j’ai testé à la noisette : le résultat est excellent, avec un goût de noisette grillé qui a remporté tous les suffrages familiaux.

Là j’ai café et pistache au four, je reviendrai vous dire comment c’est bon… Avec des photos !

Publié le

Le bortsch

Recette validée par Pouné

Je n’aime pas la betterave. Je mange de tout, absolument de tout, même si j’aime certaines choses plus que d’autres, mais de la betterave, jamais ! Surtout en vinaigrette… Ça ne pouvait pas durer… Après avoir timidement goûté des verrines à la betterave (pas trop mauvais), j’ai tenté le smoothie : betterave, orange, citron et un chouïa de gingembre. Plutôt pas mal, voir très bon. Encouragée par mes découvertes j’ai fait quelques recherches plus avancées sur la cuisine de la betterave et je suis tombée sur… le bortsch !

– A tes souhaits !

Merci. Quézako ? Quéto qu’o l’est qu’tche, comme eut dit ma grand-mère ? Et bien le bortsch, c’est un pot-au-feu à la betterave, tout bêtement. Le principe est donc simple : laisser mijoter du boeuf et des légumes le plus longtemps possible avant d’engloutir le tout comme des sauvages en se brûlant la langue. Continuer la lecture de Le bortsch

Publié le

Thaumaturge

Anne posa ses mains sur l’enfant devant elle. Celui-ci était particulièrement laid, le visage déformé par l’infirmité qui lui tordait le cou. La mère se tenait tout près, récitant son chapelet à mi-voix, accompagnée par le prêtre.

Anne ferma les yeux et se mit au travail. L’enfant gémissait, la douleur était forte sans doute, malgré la souplesse de ses articulations encore tendres. Il s’y était certainement habitué et cela la mettait en colère, l’accoutumance qui s’installait et la douleur qui augmentait toujours. Continuer la lecture de Thaumaturge

Publié le

Les déesses dans nos têtes

Parfois je rêve d’un monde où l’apparence ne pourrait pas voiler les déesses qui vivent dans nos têtes et où on les verrait virevolter et scintiller, pudiques et mystérieuses mais grandioses et sublimes à l’ombre des charmilles. Pourquoi faut-il donc se contenter d’un visage anonyme et de prêt-à-porter quand nous incarnons secrètement tout le royaume des fées ?


Inspiré par ma chère planctoune, qui tente de vider l’océan à la petite cuillère…

Publié le

Super

La grande roue ne s’arrêtait jamais, tournant sans trêve pour alimenter l’Asie en électricité. Sa silhouette massive dominait la ville et servait de point de repère à plusieurs de dizaines de kilomètres alentour.

– Laisse le tranquille Louis !

– Hé Super ! Retourne faire le hamster !

– Arrête Louis, maman dit que Super est une personne, il a des sentiments aussi.

– Il est même pas humain et de toutes façons ta mère croit que son chat a des sentiments !

La bande de gamins se mit à rire méchamment et à lancer des insultes salaces. Continuer la lecture de Super

Publié le

La belle bleue !

P’tit Rex – Une Nissan djônck toute neuve !

Moi – Une quoi ?

P’tit Rex – Une djônck. Djônck !

Moi – T’écris ça comment au juste ?

P’tit Rex – Djônck, J-U-K-E. La djônckerra.

Cherchez pas, vous vous feriez mal au crâne pour rien. Profitez seulement du spectacle, c’est pas tous les jours qu’on assiste à un tel feu d’artifice neuronal. Quoique…