Créations

Carte sirène fabuleuse

juin 22, 2020
  • carterie

Carte donut et squelettes

juin 22, 2020
  • carterie

Tortue vaudou

juin 22, 2020
  • organisation
  • amigurumi

Coffret île au trésor

juin 22, 2020
  • customisation
  • organisation

Attaque du Kraken

juin 22, 2020
  • customisation
  • organisation
  • crochet

Anniversaire oriental

juin 22, 2020
  • carterie

Moullin à épices

juin 22, 2020
  • bricolage

Poulpi en goguette

juin 22, 2020
  • art vivant
  • amigurumi

nano-poulpi

juin 22, 2020
  • amigurumi

Thinking back

13 – I like men. That much is obvious. I’m a normal heterosexual then. Good.

14 – Kissing is gross, the first time. Then I learn to like it and I never seem to get enough. You don’t really seem to like it as much, you say I have issues because my parents never took good care of me and you are right. I do have issues and maybe that’s why I like kisses so much. A normal reaction, a normal person. Continue reading « Thinking back »

Une belle journée pour mourir

This entry is part 2 of 3 in the series Alex

– Bonjour Madame.
La formule de politesse me serre la gorge. La journée s’annonce tendue.

– C’est elle qui a fait tous les gnons dans la carrosserie. Madame sait pas conduire.
La remarque sexiste creuse un sillon acide sur ma peau, s’insinue dans mes tripes, me dévaste le ventre.

Je veux m’enfuir en courant, retrouver ces heures douces où personne ne riait de mes compétences, où personne ne superposait de filtre déformant sur qui je suis vraiment. Déformer ma silhouette reforme vos perceptions et vous dites que ce est moi qui ne suis pas normal ? Que je n’existe pas parce que je fais partie d’une minorité que vous ne voulez pas vous donner la peine de comprendre ?

Continue reading « Une belle journée pour mourir »

Ces messieurs s’en vont

This entry is part 1 of 3 in the series Alex

En sortant de la petite boutique où je venais d’acheter le précieux bout de tissu, j’étais nerveux. Je cherchais l’étonnement des passants, les yeux perplexes qui dévisagent. Le dégoût peut-être, l’agressivité. Il y avait du monde sur les trottoirs parisiens en cette chaude journée de juillet mais ma présence n’attirait pas les regards, je n’étais qu’un anonyme de plus parmi les touristes.

Je pris confiance, observant les gens plus franchement mais personne ne me regardait deux fois. J’étais invisible et pourtant les gens réagissaient à mon passage de façon subtile, s’écartant pour me céder le passage. Je m’aperçus que j’avais adopté une attitude plus assurée, le torse bombé. J’avançais sur le trottoir la bite en avant, comme je l’avais lu une fois crûment formulé. La sensation était grisante.

Installé en terrasse avec Auguste, je découvris ses dernières esquisses, réalisées pendant son séjour à l’étranger. Il n’était là que pour quelques heures et nous n’osions pas nous toucher, la longue séparation avait modifié nos relations et soudain nous ne savions plus comment nous comporter.

Près de nous, un italien découvrait la cuisine française avec hésitation. Avant de partir, il se tourna vers nous, compliments à la bouche pour la beauté des dessins. Ce n’est qu’après son départ que je fus frappé par le naturel de la conversation, anodine et banale.

Nous nous apprêtions à partir à notre tour lorsque quelqu’un nous interpella, agressif, mais deux hommes installés à proximité s’interposèrent.

– Ces messieurs s’en vont.

Je n’avais pas compris quelle querelle ce type nous cherchait mais le commentaire des deux hommes me frappa comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu. Ces messieurs s’en vont. Dans leur ton, aucune ironie, aucune question, aucun doute. Ces messieurs s’en vont. « Ils partent, » ajoutèrent-ils. Ce simple « ils » me mis les larmes aux yeux. Un commentaire doux-amer me vint à l’esprit, Un garçon, ça pleure pas…

Un garçon ça fait du bruit, ça ne s’excuse pas d’exister, ça ne montre pas son affection en public, ça n’embrasse pas un autre garçon à pleine bouche.

Mais je ne suis pas un garçon et j’embrasse enfin Auguste, le serrant contre moi sur le quai du métro qui l’emmène loin de moi.

Toute l’après-midi j’ai continué à scruter les regards, attendant le couperet, le perspicace qui dévoilera la supercherie. En vain. Ce simple bout de tissu qui comprime ma poitrine de femme est une cape d’invisibilité. Je m’approprie avec ivresse le pouvoir qu’on me cède sans hésiter, m’étalant sur les bancs en écartant bras et jambes, m’imposant sur les trottoirs, dévisageant les femmes. Je n’ai jamais passé d’aussi belles heures, en pleine foule, dans la touffeur moite de Paris, l’été. Les regards posés sur moi ont subtilement changé et soudain le monde m’appartient.