Publié le

La belle bleue !

P’tit Rex – Une Nissan djônck toute neuve !

Moi – Une quoi ?

P’tit Rex – Une djônck. Djônck !

Moi – T’écris ça comment au juste ?

P’tit Rex – Djônck, J-U-K-E. La djônckerra.

Cherchez pas, vous vous feriez mal au crâne pour rien. Profitez seulement du spectacle, c’est pas tous les jours qu’on assiste à un tel feu d’artifice neuronal. Quoique…

Publié le

Le bout du bout

Whiskyi – Ouvrez grand vos oreilles, si vous voyez une voiture bleue.

Moi – Flûte, j’ai oublié mes tâtons !

Pour ceux qui arriveraient au milieu de cet affligeant récit, non, Whiskyi n’est pas synesthète, juste dysfrancique. C’est à dire qu’à cause pas bien la France et qu’il fallait donc trouver ladite voiture bleue à l’oreille. Ma mauvaise foi et un souvenir ému de Devos ont fait le reste…

Publié le

P’tit Rex, les canards de l’espoir

P’tit Rex – C’est quoi déjà que t’as commandé pour le réveillon ? Des foies de canard à la sauce espérance ?

Moi – Des magrets de canard au piment d’Espelette.

P’tit Rex – Ah ouais, j’étais pas loin hein !

Moi – Tout à fait, d’ailleurs, vu de Sirius, c’est quasiment l’Espagne…

Un canard basque – Coin ! Coin ! (C’est à dire : Au secours !)

Un autre canard basque – Cua! Cua ! (C’est à dire : Ayúdame !)

PS : j’avoue, il n’y avait pas de canard à proximité, même pas de canard indépendantiste masqué et prêt à faucher les champs de maïs OGM piment AOC. Il y avait un pigeon, mais il n’a pas beaucoup participé à la conversation. Le reste de cette conversation en revanche, a réellement eu lieu. Quand je vous dis que l’ostréiculture a de beaux jours devant elle !

Publié le

P’tit-rex déboussolé

Parfois l’huître est hargneuse, agressive, pour tout dire, elle rechigne à donner sa perle. Voire même, elle mord. Voici donc la pinctada p’tit-rex, sans muselière :

P’tit-rex – J’ai du mal à me concentrer, ils m’ont détourné la tête !

Thomas – En effet les scientifiques s’accordent a dire qu’ une rupture de la moelle épiniaire est préjudiciable a la concentration 😁

Moi – La contemplation intensive des perles aussi…

Publié le

L’île St Thomas

https://i2.wp.com/2.bp.blogspot.com/-iiQlBr_8PPY/UQwLs-PVDXI/AAAAAAAAXPo/fkK0k2MoCMM/s1600/picture-of-st-thomas-island-view.jpg?w=980

Ces belles photos qui font rêver… Rien qu’à voir la couleur de l’eau, on est sûrs qu’il y vit de superbes huîtres perlières. En ce moment, c’est décidément la fête des Thomas ! Ou pas…

Moi je suis comme St Nicolas, je crois que ce que je vois.

Publié le

Le cerveau des huîtres

Charles Bonnet ― L’âme humaine placée dans le cerveau de l’huître, y acquerrait-elle jamais des notions de morale et de métaphysique?

Sans doute tiré de son Essai analytique sur les facultés de l’âme, disponible en ligne

Je dirai même plus, les huîtres à deux pattes, qui ont déjà de toute évidence subi une métempsychose avancée, sont-elles capables de réflexion autre que celle qui se pratique dans l’eau de leurs perles ? Je vous laisse méditer…
Publié le

Les grumeaux du cerveau

Je vous avais dit de ne pas désespérer ! J’avoue cependant que je suis la première surprise par la rapidité de la relève huîtrière.

Je vous présente donc la pinctada whiskyi ! Je vous laisse tirer les conclusions qui vous chantent de son doux nom de baptême et juger sur pièces…

MOI – J’achète jamais de pâte à tarte toute prête, j’ai une super recette qui se prépare en deux minutes.

P. WHISKYI – Ah bon ? Comment tu fais ?

MOI – Tu mets tes ingrédients dans un tupperware, la farine, l’huile, l’eau, tu fermes bien et tu secoues.

P. WHISKYI – Ah ouais ! Mais ça fait pas des grumeaux ?

Heu, ben, hein ? Ah ouais, les grumeaux de la pâte à tarte ! Ouais, t’as raison, faut s’en méfier, c’est traître ces machins là… Surtout après, quand ça cuit, ça durcit, tu risques de te péter une dent. Les gens croient qu’ils ont oublié de dénoyauter les fruits alors qu’en fait ils ont laissé des grumeaux dans la pâte à tarte ces andouilles. Nan, t’as raison de faire gaffe !

Pour ceux qu’ont même pas peur des grumeaux, ma recette, c’est celle-là 😉


Publié le

Est-ce la faim du début ou le début de la fin ?

Après Albert, c’est Sa Majesté des Huîtres qui part pour des lendemains plus bleus et des ciels qui chantent dans l’espoir d’augmenter la production perlière sur l’herbe verte du voisin.

Ca me fait vraiment mal de dire ça parce que quand même j’en ai bavé mais la pinctada Albertii me manque. Pas la Pinctada Inflata, faut pas pousser non plus. Il y en a eu de bien bonnes, que je vous propose de retrouver ici, histoire de se booster le moral les jours de pluie :

Néanmoins, les pinctadas n’étant pas rares, ma colonie ostréicole a de beaux jours devant elle. J’ai une belle huître qui grandit petit à petit pour laquelle je nourris de grands espoirs et j’attends une livraison fraîche d’un jour à l’autre. Je n’en connais pas encore l’espèce mais je soupçonne que ce sera à nouveau une Inflata. Point d’inquiétude donc, de nouvelles récoltes se préparent que je monterai avec plaisir en pendants d’oreilles ou en colliers pour vous en faire profiter, le malheur des uns faisant le bonheur des autres.

La suite très vite…


PS : J’étais quasi HS en écrivant, j’ai déjà rectifié trois coquilles. Encore deux et il me faudra admettre que l’état de pinctada est potentiellement contagieux… N’hésitez pas à me le signaler (je suis sûre qu’il en est qui s’en feront un malin plaisir) 🙂

Publié le

Jeu : mots mixés

Mes huîtres domestiques sont souvent approximatives. Parfois, elles utilisent un quasi-homophone (et non elles ne sont pas homophobes, la preuve, elles ont des amis gais). Dans ces phrases, saurez-vous retrouver le bon mot ?

  1. Quand on stérilise les pitbulls, c’est pour irradier la race.
  2. J’ai fait une bêtise, je vais me faire réprimer.