Publié le

Agneau à la rhubarbe

Je sais bien, ça n’est pas la saison de la rhubarbe. Que vous dire, j’en ai congelé un bon paquet et il faut bien la manger ! J’ai testé avec de la viande et c’est à tomber : j’adore.

La recette est toute simple, il suffit de mettre dans un plat passant au four : une pièce d’agneau (moi c’était du collier mais j’imagine que n’importe quelle autre morceau irait bien aussi), une part de petits pois et une poignée de rhubarbe. J’ai ajouté une poignée de sucre sur les légumes, un fond d’eau et un filet d’huile d’olive sur la viande et de la sauge (délicieux avec l’agneau) et j’ai passé sous le grill à 220°C. Dès que j’ai vu que ça grillait, j’ai retourné la viande et mélangé les légumes et j’ai remis le tout au grill. J’ai salé et poivré en fin de cuisson pour ne pas assécher la viande.

Multipliez les quantités par le nombre de gourmands et dégustez.

Publié le

Chili doux

Comme on me l’a récemment fait remarquer, le chili con carne est un plat de haricots, accompagné de viande et non un plat de viande. Forte de cette révélation, j’ai modifié ma recette habituelle pour vous concocter une recette toute douce qui met en valeur les haricots, sans leurs inconvénients traditionnels ( « Haricots, fruits musicaux, plus t’en mange, plus tu joue du pipeau », comme dirais le pistolero…)
Bref, Je conseille de s’y prendre la veille (l’avant-veille si vous devez faire tremper vos haricots secs), c’est un plat mijoté, qui gagne donc à être réchauffé. Commencez par mettre les haricots à cuire dans l’eau froide avec une grosse pincée de bicarbonate de soude. Le bicarbonate va aider à attendrir les haricots au contraire du sel qui les durcit. Pas de sel à ce stade surtout. Dès qu’ils commencent à s’attendrir, ajoutez les lentilles et remettez au feu pour trois bons quarts d’heure. Sentez vous libres d’ajuster ces temps de cuisson car tout dépend de la qualité et de la taille de vos légumineuses.
Émincez le poivron et l’oignon et faites revenir dans une grosse casserole avec un peu d’huile d’olive puis ajoutez les épices. Le romarin va ajouter un côté un peu sucré, le nora est un piment ou plutôt un poivron concassé, absolument pas épicé, qui a un parfum sucré et fumé. Il se marie parfaitement avec ce plat. Le cumin est indispensable à deux titres, d’abord parce qu’avec lui, pas de pipeau, ni de chili puisque c’est lui qui lui donne sa saveur unique. Pour rester sur un plat très doux, j’utilise du piment d’espelette mais vous pouvez bien sûr corser à votre goût.
Égouttez les légumineuses et ajoutez les aux poivrons puis versez les tomates par dessus et laissez mijoter quinze à vingt minutes. C’est le moment d’ajouter le miel. J’utilise du miel de sarrazin pour son goût âpre. Si vous n’en trouvez pas, préférez du sucre plutôt qu’un autre miel dont le goût risque de détonner dans un plat salé.
Éteignez le feu, couvrez et oubliez la marmite jusqu’à demain.
Fait dodo, Colas…
Bonjour ! Vous avez de la suite dans les idées dites donc… Rassurez vous, il ne vous reste plus qu’à rallumer le feu pour réchauffer ce délicieux chili et à sortir les assiettes. Bon appétit !

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié le

Légumes farcis déconstruits

Version déconstruite parce que j’essaie d’être végétarienne mais que les tomates farcies sans farce à saucisse, c’est pas pareil. Alors voilà une version allégée en viande…

L’idée est simple : vous épluchez les légumes qui doivent l’être (les oignons mais pas les tomates par exemple, ayez un peu d’imagination, que diable!), vous les taillez en morceaux assez gros (et pas trop petits ; c’est pas une science exacte alors vous voyez à vu de pif, c’est pas à une vache près) et vous mettez le tout au four, en assaisonnant et en arrosant d’un filet d’huile d’olive. Vous laissez presque cramer, que ça croustille bien et vous mettez du bon pain avec pour saucer. Pis vous invitez vos potes et vous vous régalez, je vais pas tout vous dire non plus quand même !

Ça, c'est ce à quoi ça ne va pas ressembler... :)
Ça, c’est ce à quoi ça ne va pas ressembler… 🙂

 

 

Publié le

Quiche indienne

Comment concilier une envie de curry et une envie de quiche ? Très simplement :

Préparer une pâte à tarte en remplaçant la moitié de la farine par de la farine de pois chiches.

Pour la garniture :

J’utilise ma centrifugeuse pour réduire les légumes en purée (je jette le jus de patate mais je garde celui de la carotte). Vous pouvez vous contenter de les râper. Au passage je passe aussi le gingembre, le curcuma, la citronnelle et l’ail à la centrifugeuse, si vous n’en avez pas, il faut émincer tout ça le plus finement possible (ou utiliser des épices en poudre, ce que je préfère éviter quand c’est possible).

💡 Gingembre, curcuma, citronnelle et fenugrec peuvent être remplacés par du curry (en poudre)

La centrifugeuse sépare pulpe et jus, je remélange donc les deux. Ensuite ajouter sel, fenugrec, lait de coco et œufs aux légumes, battre pour homogénéiser, verser sur le fond de tarte et cuire 30′ à 180° comme n’importe quelle tarte. À déguster avec une salade agrémentée de pistaches pour rester dans l’ambiance indienne !

Bon appétit !

Publié le

Crumble de courgettes

Il y a depuis quelques mois un motif récurrent : presque chaque fois qu’on m’invite à manger, on me cuisine des courgettes. J’aime pas les courgettes. Enfin j’aime pas les ronds de courgettes cuits à l’eau. Ni la soupe de courgettes. Mais en fait après les soufflés chèvre-courgettes, le gratin de courgettes, les courgettes râpées en salade et les rondelles de courgettes citron-olive, je m’aperçois que c’est pas mauvais, la courgette. Bon, je vais peut-être essayer de l’ajouter à mes menus alors… J’ai cherché sur Alter Gusto, ma botte secrète en cuisine (quoi c’est plus secret si je le publie ?) mais une fois n’est pas coutume, Alter Gusto m’a laissé tomber. Rien, nada, pouic. Bon, je vais inventer un truc alors. Disons un genre de crumble puisque j’ai pas de fromage pour gratiner. Alors, qu’est-ce que j’ai dans mon frigo ?

La recette :

Couper la courgette en bâtonnets (c’est TRES important). Émincer l’oignon et le faire revenir avec un peu d’huile (préférez le pépin de raisins à l’olive, elle supporte mieux la chaleur). Émincer l’ail et l’ajouter dès que l’oignon blondit. Laisser revenir quelques minutes. Saler, poivrer, ajouter le romarin.

Verser dans un plat passant au four, ajouter les courgettes en répartissant bien l’oignon et l’ail, saupoudrer avec les pignons pin moulus et ajouter un filet d’huile d’olive. Laisser cuire une vingtaine de minutes.

J’ai quand même trouvé un accompagnement sympa sur Alter Gusto : le pain express. J’ai adapté la recette, n’ayant pas de bière j’ai voulu remplacer par de l’eau gazeuse -que j’ai complètement oubliée et remplacée par de l’eau plate. J’ai ajouté du thym et des pignons de pin. Le tout a été dégusté lors d’un pique-nique atypique, un soir de juillet couvert. On a même eut quelques gouttes mais on n’a pas été embêtés par la foule…

Publié le

Quiche sarrasin-chèvre

Léger et inédit, parfait pour les pique nique d’été ! Pour la cuisson, prévoyez un moule à gâteau car la garniture est assez épaisse.
La pâte :

Faire fondre le beurre à la casserole avec l’eau. Sortir du feu et verser les farines et le levure en une seule fois. Mélanger sans attendre.

La garniture :

Battre les œufs, le fromage frais, le fromage blanc, le romarin et le miel. Ajuster l’assaisonnement.

Étaler la pâte dans un moule à tarte (directement avec les doigts ou sur du papier sulfurisé au rouleau car cette pâte à tarte ne pourra pas être déplacée) et verser l’appareil dessus. Parsemer de rondelles de bûchette de chèvre et cuire environ 40′ à 180°C.

Déguster tiède ou froid avec une salade !

Publié le

La tortilla aligotée

Oui, aligotée avec un e, rien à voir donc avec le cépage. Il s’agit plutôt d’une recette mixte entre aligot aveyronnais et tortilla espagnole. Improbable non ? Leur point commun, c’est la patate.

A mon sens, le problème de la tortilla, c’est qu’il faut cuire la patate. En principe dans un bain d’huile. C’est bon. Mais c’est gras. On m’a dit que « le gras c’est la vie ». On n’est pas obligé d’adhérer. A la casserole non plus.

Enfin, comme ça m’enquiquine de faire cuire plein de choses pour un plat a priori tout simple, je voulais ni (1) faire cuire les patates dans un bain d’huile, ni (2) faire une purée et y incorporer du fromage ou des œufs ou je ne sais quoi d’autre. Non je voulais une recette simple. Et comme je suis encore à fond avec ma centrifugeuse toute neuve, j’ai eu un éclair. Ça m’arrive des fois. Rassurez vous, c’est pas douloureux. Sauf des fois quand je bondis de ma chaise et qu’elle me tombe sur les orteils.

Enfin bref, dans une centrifugeuse en théorie, on garde le jus et on jette la pulpe. Mais bon, des fois la pulpe a son intérêt. Dans le cas qui nous intéresse (celui de la patate, suivez s’il vous plaît), le jus est sans intérêt. La pulpe en revanche… Bein c’est de la purée de patate crue basiquement. D’où recette :

(pour 1 personne)

  • 1 patate (centrifugée : on garde que la pulpe)
  • 1 oeuf
  • 1 cas de cancoillotte à l’ail (ou du fromage de chèvre fais ou de la ricotta ou ce qu’il vous plaira)
  • 1/2 oignon émincé (en option)

Faire revenir l’oignon à la poêle (si vous avez opté bien sûr).
Mélanger les autres ingrédients en une pâte homogène et l’ajouter aux oignons.
Lorsque le bord commence à griller, retourner le tout comme une crêpe et laisser cuire quelques minutes de plus.

Servir chaud avec une salade !