Publié le

La vie c’est comme une orange…

Il m’arrive souvent des trucs bizarres…

Celui-là m’a curieusement réconfortée. J’avais passé une soirée agréable en bonne compagnie et comme ça m’arrive trop souvent, je me suis laissée emporter par la discussion et… j’ai raté le dernier train. J’en étais fort marrie d’autant mon chéri s’était déplacé pour me raccompagner et qu’il était venu pour rien puisqu’il se retrouvait précisément dans le tain que je venais de rater. Après avoir pesé les mérites comparatifs du taxi et du bus, je me suis résignée à poireauter à un arrêt du noctilien qui allait à peu près dans la bonne direction (et surtout aucun taxi ne semblait vouloir venir vers moi).

Continuer la lecture de La vie c’est comme une orange…

Publié le

Carrot cake

Dans la série « vive les carottes », cette fois, un dessert d’origine anglaise ! Et oui, les anglais ont aussi des recettes délicieuses, loin des vieux cliché (ah, la fameuse soupe aux huîtres de De Funès…)

Enfin il n’est pas question de ça ici. Le carrot cake comme son nom l’indique contient de la carotte. Mais il aurait plutôt un léger goût de cannelle et d’orange, d’épices et de noisettes. Un délice quoi. Un conseil, n’oubliez pas le glaçage parce que sans c’est loin d’être aussi exceptionnel…

Préparer la veille
Pour 8 personnes
Cuisson : 30′ à 210°C

Remove the row

Column: 1

  • 300 g de carottes
  • 125g poudre de noisettes
  • 75g de farine
  • 1 sachet de levure
  • 150g de cassonade
  • 3 œufs
  • 100g beurre (ou 80g d’huile)
  • épices

 

Column: 2

Pelez les carottes et passez les à la centrifugeuse. Récupérez le jus et la pulpe. Si vous n’avez pas de centrifugeuse, faites les cuire et réduisez les en purée.

Dans un saladier, mélangez les oeufs, l’huile, le sucre et les épices. Fouettez pendant quelques minutes.

Ajoutez la poudre de noisette puis la farine mélangée à la levure. Incorporez enfin les carottes.

Versez la pâte dans un moule à cake et enfournez environ 30′ puis laissez refroidir.

Pendant ce temps, préparez le glaçage :

Remove the row

Column: 1

  • 1 pot de mascarpone
  • le jus d’une orange
  • 100g de sucre
  • 1 cas de maïzena
  • 1 oeufs

Column: 2

Dans une casserole, mélangez le jus d’orange, la maïzena, le sucre et l’oeuf puis fouettez jusqu’à ce que ce soit homogène.

Faites cuire à feu doux en remuant constamment jusqu’à épaississement. Versez dans un autre récipient (pour éviter que ça continue à épaissir au fond de la casserole) et laissez refroidir.

Mélangez cet orange curd frais au mascarpone en vous assurant qu’il n’y ai pas de grumeaux puis remettez au frais pour raffermir la crème.

Etalez la crème sur le gâteau.

Vous pouvez déguster ou attendre quelques heures en le laissant au frais, il sera encore meilleur.

Publié le

Ashes ’04 : Love betrayed

Mon amour dès l’abord
sans limites, trop fort
t’as offert toute mon âme
telle une belle flamme.

Et toi, tu as quitté mes bras,
fuyant l’absolu don de moi,
piétinant mon amour et ma vie
avec d’autres, tu m’as trahi.

Comme un loup se révèle
à la lune nouvelle,
je crie, désespère
un silence délétère.

Mon amour même encore
refuse d’être mort.
Je t’aime, je t’abhorre
t’aimerai c’est mon sort.

Comme un loup se révèle
à la lune nouvelle,
je crie, me désespère
en silence, délétère.

Publié le

Ce jour-là

C’était un jour semblable à tous les autres jours. Un jour gris, un jour d’ennui. J’étais malade depuis longtemps déjà et c’était ma première sortie. Il faisait froid et le timide soleil d’hiver ne réchauffait pas vraiment. Pour vaincre l’ennui lancinant, j’avais décidé enfin d’apprendre à coudre.
Pour potasser mon sujet, je voulais acheter une « somme » qui me permettrait de débuter. En sortant de ma séance de kiné, moulue mais détendue, j’allais donc au centre commercial voisin. Je passais devant une boutique qui vendait quelques livres : je savais qu’ils n’avaient pas ce que je cherchais mais ils vendaient aussi des huiles essentielles et j’en profitait pour faire le plein d’odeurs.
Au rayon bouquins, sans surprise, rien sur la couture mais un petit volume un peu jaune, dont le titre racoleur m’attira : pour les gens intelligents qui ne se trouvent pas doués ? Vraiment ? Tiens, tiens !
Continuer la lecture de Ce jour-là